Mercredi 13 mai 3 13 /05 /Mai 13:00

Il est bientôt 21 heures et nous savons qu’un buffet va être servi. Mick n’a pas spécialement faim mais nous décidons de retourner au bar pour prendre un verre en attendant.

 

Je me suis installée dans le même canapé qu’en début de soirée pendant que Mick est allé nous chercher les boissons. J’y ai d’ailleurs retrouvé nos deux voisines en pleine discussion avec la jeune fille qui avait passé la tête dans la pièce aux miroirs.

Cette fois, la barmaid a du être plus efficace car Mick revient vite avec nos boissons. Sans trop le vouloir, nous écoutons de nouveau la conversation. Nous rions intérieurement car cette fois, les deux femmes ont un discours complètement contradictoire avec celui qu’elles tenaient lorsqu’elles n’étaient que toutes les deux !

J’apprécie ce petit moment de répit et de tendresse dans les bras de mon homme. Nous sirotons tranquillement nos verres. Nous passons dans l’ensemble une très bonne soirée. La plupart des aprioris se sont envolés même si certains faits font que la magie du Moon City n’opérera jamais réellement sur nous.

 

Nos trois voisines se lèvent et nous font remarquer que le buffet est ouvert et que si nous avons faim, nous devons nous dépêcher…Je demande donc à Mick s’il a faim mais ça ne le tente pas. Mon estomac, lui, me réclame un peu de nourriture. Je vais donc seule au buffet.

Je me rends alors compte que le club s’est bien rempli depuis notre arrivée. De nombreux couples se trouvaient au niveau du bar et de la pièce du bas, je ne pouvais les voir. Je dois faire la queue mais cela va assez vite.

Le buffet est varié. Salade, fromage, pâtes, pommes de terre, poulet. Il n’y a que du salé. Le sucré doit être servi plus tard. Je me sers une grosse assiette pensant que Mick m’aiderait un peu mais lorsque je reviens à table et lui en propose un peu, il refuse. Je commence donc à manger seule. Et suis vraiment agréablement surprise par la qualité de la nourriture.

 

Petit à petit, les gens sortent de la partie balnéo et viennent se ravitailler. Les places commencent à manquer et les gens ne savent plus trop où s’asseoir. Nous en voyons même certains repartir vers le jacuzzi avec leur assiette. Là encore, l’hygiène n’est vraiment pas au rendez-vous !

Je termine tranquillement de manger pendant que Mick finit son verre puis, requinqués et désaltérés, nous repartons à l’assaut des infrastructures de détente proposée par le Moon City.

 

Nous nous arrêtons une nouvelle fois devant le jacuzzi dans lequel, cette fois, de nombreux couples s’y prélassent. Bien entendu, nous voulons prendre une douche avant et allons, pour la première fois, dans les douches se situant à côté. Je suis de suite saisi par une odeur pestilentielle. Un mélange d’urine et de moisissure…C’est vraiment infect ! Nous préférons nous en amuser mais prenons la douche en vitesse afin de ne pas nous y éterniser….Là encore, un désagrément qui contribue à nous refroidir…

 

Nous descendons dans le jacuzzi et y trouvons une petite place en face des escaliers. Comparé au début de soirée, l’ambiance s’est un peu réchauffée et quelques couples se mélangent dans le fond du jacuzzi. Pour la plupart, des quadragénaires. Nous n’y prêtons donc pas attention. Mick est assis sur le rebord et me prend dans ses bras. Je suis dos à lui et il apprécie et me caresse délicatement la poitrine.

Je m’abandonne doucement à ses caresses lorsqu’arrive un couple, très bruyant dans le jacuzzi. Madame a l’air complètement ivre…Ils se dirigent de suite vers le fond du bassin, vers les couples. Ils entament alors une tournée plutôt surprenante ! Madame, dans les bras de Monsieur, demande aux femmes de lever les bras en se faisant passer pour un agent de police afin de pouvoir leur caresser la poitrine. Certaines se prêtent facilement au jeu mais c’est ensuite Monsieur qui s’en mêle qui veut caresser la poitrine de ces dames. Et là, généralement, les femmes sont plus réticentes. Ils réitèrent donc leur cinéma auprès de tous les couples, tournant ainsi dans tout le jacuzzi.

 

Ce petit jeu ne nous amuse pas du tout. Et voyant le couple se rapprocher de nous, Mick me fait pivoter et me colle contre le mur afin qu’il soit devant moi. Il est hors de question que cette femme vienne me tripoter la poitrine et n’ayant pas envie d’être désagréable, je prie pour qu’elle ne vienne pas nous embêter. Par chance, ils passent devant nous, s’attaquent au couple à côté de nous puis, essuyant refus sur refus, décident de sortir.

 

Tout le monde semble soulagé. D’une part de ne plus être interpellé mais également de ne plus avoir  à subir ses éclats de voix.  Nous restons plutôt hallucinés du spectacle auquel nous venons d’assister. Nous nous rendons alors compte que contrairement au Moon City, l’Hyppocampe ne délivre pas d’alcool fort et c’est tant mieux !

 

Ayant repris nos esprits, nous préférons sortir et remonter. Nous y retournerons en fin de soirée. Nous passons alors devant le sauna qui est vide. Je n’apprécie pas spécialement la chaleur sèche du sauna…Nous n’avons d’ailleurs jamais testé celui de l’Hyppocampe à cause de ça. Mais là, poussé par Mick, je me décide à y entrer. Comme je me l’imaginais, la chaleur est étouffante mais cette sensation s’évanouit vite et je respire très bien. Je m’allonge alors sur le banc en bois et Mick s’assoit en face de moi. Entre alors un couple qui était dans le jacuzzi avec nous. Je lui fais remarquer que nous avons probablement été suivis mais ils ne sont pas du tout à notre goût, trop âgés. Nous restons donc dans notre coin. Nous discutons gentiment et commençons à vraiment transpirer. Le sauna se remplit petit à petit et nous décidons de sortir. Je dis alors à mon tendre que désormais, nous pourrons aller dans le sauna de l’Hyppocampe car finalement, j’ai bien apprécié ce moment. Et je m’étais vraiment forgé une fausse image du sauna que je suis ravie d’avoir contourné grâce à Mick.

 

Mais ma préférence va tout de même vers le hammam…Etant à côté, j’y entraîne Mick.

Seul un couple se trouve déjà à l’intérieur. Nous installons alors sur les marches. Mick est au-dessus de moi. La chaleur est vraiment étouffante. Et j’avoue que je n’apprécie que moyennement. Alors, pour rendre ce moment plus agréable, je me retourne vers Mick. Le fait qu’il soit assis une marche au-dessus de moi fait que je me retrouve en position parfaite pour une fellation. Me voilà donc repartie pour une petite gâterie. Le couple avec nous sort. Nous nous retrouvons alors seuls dans le hammam une nouvelle fois. Mais le répit sera de courte durée car un couple entre et s’assoit à côté de nous. Elle se plaint de suite de la chaleur alors Monsieur prend le tuyau d’arrosage et asperge le carrelage afin qu’elle puisse s’asseoir. Nous sommes arrosés par la même occasion et leur discussion me coupe un peu dans mon élan. Je cesse donc ma fellation et Mick, que je ne sentais pas très à l’aise, me demande de sortir…

Il m’avouera alors que ce couple l’a dérangé et qu’il aurait bien voulu m’allonger et me caresser avec sa langue mais que ce couple l’avait refroidi…Dommage ! Le cunnilingus dans le hammam, c’est divin. Je lui fais alors remarquer que ce n’est que partie remise !

 

La soirée est maintenant bien entamée et contrairement à l’Hyppocampe où nous allons en voiture, cette fois, nous sommes en transport en commun et devons donc faire attention à l’heure…Il est aux alentours de 22 heures 30. Largement le temps de nous prélasser une dernière fois dans le jacuzzi.

 

Il est maintenant quasiment vide. Seuls deux trois couples, tous éloignés les uns des autres s’y baignent. Nous nous dirigeons vers le coin à gauche. Et à notre grande surprise, nous constatons que cette partie du jacuzzi est nettement plus chaude. Nous apprécions donc d’autant plus ce dernier bain.

Nous sommes dans les bras l’un de l’autre et nous sommes bien. Nos visages sont souriants et détendus. Petit à petit, à force de baisers et de caresses, nos deux corps s’échauffent et une irrépressible envie de câlin vient à nous.

Malgré le (nouveau) panneau interdisant les câlins pour « des raisons de confort » (le terme n’est pas très approprié mais passons…), je monte à califourchon sur Mick qui est assis sur le rebord. Nous frottons un moment, cherchant la pénétration. Lorsque celle-ci arrive, j’étouffe un gémissement de plaisir. Je ne vois ce qui se passe derrière moi étant donné que je suis face au mur mais Mick me dira plus tard qu’un couple se trouvant près de nous fut choqué par notre attitude…

Le désir était trop fort et d’ailleurs, personne n’est venu interrompre nos ébats malgré les quelques caméras que nous avons pu apercevoir. Les bulles accompagnent l’ondulation de nos corps et l’harmonie est parfaite. C’est vraiment très plaisant de faire l’amour dans l’eau. Je m’abandonne complètement, oubliant presque que je me trouve dans un endroit public…

Nous n’irons pas jusqu’à la jouissance de Mick dans les bulles pour d’évidentes questions d’hygiène mais le plaisir du moment partagé est bien là.

 

Nous nous décidons pour un dernier verre avant de partir. Mais cette fois, je ne prends pas d’alcool. Un coca m’ira très bien ! Mick se laisse aller pour une ultime vodka-red bull…

Nous nous installons dans les jolies banquettes en face du bar. La barmaid, une jolie brune qui n’est pas la même que tout à l’heure, nous sert avec un grand sourire. Quelques couples se trouvent également au bar mais le club s’est bien vidé. Ou peut-être est-ce les coins câlins qui se sont bien  remplis ?

Quoi qu’il en soit, nous sirotons tranquillement nos verres lorsque Mick reconnaît, avec amusement, le jeune homme qui était déguisé en Cupidon lors de la soirée de la Saint Valentin. Et il s’avère qu’ils se connaissent…Le monde est vraiment petit ! Il est accoudé au bar, habillé. Nous en déduisons donc qu’il doit travailler ici. Mick le salue et va lui serrer la main mais les échanges n’iront pas plus loin.

 

Persuadés qu’il n’est que 22h45, nous prenons notre temps, apprécions ces derniers instants, dans les bras l’un de l’autre et dans ce joli décor. Mais, un couple entrain de discuter au bar attire notre attention. Ils se disent que le temps passe très vite lorsque l’on est au Moon City et qu’ils n’en reviennent pas qu’il soit déjà presque minuit….

 

Oups, j’ai mal regardé ma montre et effectivement, il est bien 23h45 et non 22h45…

Il est temps de rentrer si nous souhaitons attraper les derniers RER. Nous retournons donc aux vestiaires qui sont de nouveaux déserts. Tant mieux, nous pouvons ainsi nous habiller tranquillement.

Mes cheveux sont encore un peu humides mais je ferais avec car je ne trouve pas de sèche-cheveux. Dommage, ce sont des installations qui ne coûtent pas grand-chose et qui sont bien utiles…J’avais d’ailleurs été déçue de ne pas trouver de lait démaquillant, comme à l’Hyppocampe, à mon arrivée.

 

Nous redescendons et la charmante barmaid, qui s’occupe apparemment également de la caisse, récupère nos serviettes et paréos. Nous réglons nos consommations puisque seulement deux sont comprises dans le prix de l’entrée.

 

Direction le métro. Un premier bilan s’impose….Nous avons, à ce moment là, exactement le même ressenti. Nous avons passé une très bonne soirée mais sommes bien loin de l’euphorie qui a pu nous habiter à certaines sorties de l’Hyppocampe. Bien mais sans plus. C’est le sentiment général. L’hygiène y est sans doute pour beaucoup. La magie n’opère pas et nous avons du mal à nousl’expliquer.

Mick regrette que nous n’ayons pas trouvé de couples à notre goût. Il aurait aimé me voir dans les bras d’une femme…J’aurais bien aimé aussi mais cela ne m’a pas empêché de passer de délicieux moments en tête à tête avec mon tendre.

 

Après le métro, nous devons prendre le RER. Nous attrapons l’avant-dernier…Nous sommes à la maison vers 1 heure du matin. C’est le début de la semaine…Celle-ci s’annonce longue !

Nous nous couchons, la peau extrêmement douce grâce au hammam. Je me blottis dans les bras de Mick et sombre très vite lorsque je l’entends me chuchoter à l’oreille. En effet, lorsque nous étions dans le hammam, je n’avais pas eu droit à ma tendre caresse…Il se propose alors de me faire du bien maintenant. Bien évidemment, j’accepte et m’abandonne complètement aux délicats mouvements de sa langue et de ses lèvres sur mon sexe.

Il est à quatre pattes à côté de moi. Je ne le touche pas et me laisse faire. C’est tellement bon. D’autant plus que je suis dans un état d’esprit très détendu. Cette soirée m’a fait du bien et ces dernières caresses avant de m’endormir sont magiques. Doucement, je vois Mick commencer à se caresser. Je le regarde. J’aime le voir se masturber. Mais je ne résiste pas bien longtemps et désire le prendre dans ma bouche. Nous nous sommes alors très vite retrouvés en 69, moi allongée sur le dos et lui sur moi.

Je sens sa langue sur mon clitoris, dans mon vagin, mon anus. Le plaisir est intense et plus le plaisir monte, plus les va et vient de ma bouche sur son sexe sont passionnés. Cette fois, je jouis avant lui. L’orgasme clitoridien est vraiment différent de l’orgasme vaginal. Egalement plus simple à atteindre, plus « mécanique ». Mick ne tarde pas à me rejoindre dans cette jouissance et répand son sperme sur mon ventre et mes seins…

 

Nous restons un long moment sans bouger…Puis doucement, nous nous laissons aller dans un sommeil profond, enlacés l’un contre l’autre.

Voir les 2 commentaires - Par Mi-Loo - Publié dans : Notre vie libertine
Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Mi-Loo

  • : Une jolie histoire de libertinage
  • Une jolie histoire de libertinage
  • : Nous vous racontons ici nos premiers pas dans le monde mystérieux du libertinage.
  • Partager ce blog

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>

Vos réactions

Nombre de visiteurs

compteur pour blog

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés